Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

La peine de mort est une abérration, notre société Sénégalaise n'en pas besoin!!!!

Posté par: Frédéric Diop| Mardi 19 novembre, 2013 11:03  | Consulté 725 fois  |  0 Réactions  |   
En chacun de nous il réside un germe d'animalité, consciemment ou inconsciemment, nous posons des actes qui fond que parfois le coté criminel jaillit en nous et nous domine. C'est parce que nul n'est parfait que la société s'organise pour ne pas ériger la violence en règle. Revenir sur des principes aussi élémentaires c'est ne rien comprendre des processus de mutation de nos sociétés. Venant d'un député, nous devons nous poser des questions sur ces personnes à qui nous avons délégué le droit de légiférer. Aujourd'hui notre arsenal juridique est assez fourni pour régler toutes sortes de délit, de crime et d'infraction; participons à l’amélioration de l’applicabilité de l'existant pour que tous les sénégalais ne se sentent pas abandonnés au point de réclamer une justice parallèle; celle de la clameur populaire ou médiatique, de l'émotion, du sectarisme du communautarisme, de l'appartenance.....
Notre survie et celui des générations future en dépend.

LA PEINE DE MORT EST UNE ABERRATION, notre société SÉNÉGALAISE n'en pas besoin!!!!

Par Abraham Badji

 L'auteur  Frédéric Diop
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
Frédéric Diop
Blog crée le 17/12/2011 Visité 414112 fois 77 Articles 2701 Commentaires 39 Abonnés

Posts recents
La presse: ce pouvoir incompris
Etat civil: qui sont ces sénégalais fantômes, combien sont – ils ?
Et si le président s’attaquait à l’essentiel!
Pourquoi l’élan du Président Sall est – il plombé? Les signes d’une impopularité grandissante
La dîme est-elle biblique et d’Église?
Commentaires recents
Les plus populaires
Les futures premières Dames Africaines
Souleymane Jules Diop et son mutisme coupable
Résister ou tout simplement disparaître
Souleymane jules Diop, Wade et le prix Mo Ibrahim
Quand le Thiantacoune en chef (Bethio Thioune) dérange…